Nous contacter uk
   








   
 
Jean-Jacques de Boissieu
Lyon 1736 - 1810
 
     
  Eléments de biographie
 


Autoportrait au paysage, cliquez sur l'image

 
Estampes
de Jean-Jacques de BOISSIEU

Cliquez sur l'image
  4182 - Les grands tonneliers. 1790
Eau-forte. Perez 87. Bonne épreuve sur vergé de l'état définitif, coupée à la limite du coup de planche.
La feuille : 30 x 42 cm. Traces de colle en bord de feuillet, au verso. €500

Retour aux nouveautés Avril 2010
     


4191 - L'île boisée. 1763
Eau-forte. Perez 20. Bonne épreuve sur vergé de l'état définitif. 18,5 x 24,5 [23,5 x 31 cm].
Légère rousseur dans l'angle supérieur gauche. € 225



   
   
4232 - Le pêcheur à la ligne. 1763
Eau-forte d'après Ruysdaël. Perez 21. Bonne épreuve sur vergé de l'état définitif.
Dimensions : 18,5 x 24,5 [24 x 30,8 cm]. Léger empoussiérage dans les marges. Verso empoussiéré avec résidus d'ancien montage dans les angles supérieurs. € 225
 


   

 





Autres estampes de Jean-Jacque de Boissieu :

Pie VII bénissant les enfants. 1805
Perez 130 - 5/5 - 120 €

Vestiges d'aqueducs. 1763
Perez 24 - 4/4 - 75 €

Portrait d'après Teniers - 1803
Perez 119 - 3/3 - € 100

Portrait de Pie VII - 1805
Perez 129 - 5/5 -







Vieilles tours sur le bord d'une rivière - 1763
Perez 23 - 4/4 - Vendue

Vue de Montagnes - 1764
Perez 32 - 2/2 - € 120

Vue d'une cascade tombant d'une maison élevée - 1764
Perez 33 - 3/3 - € 100

La fontaine de Choulans - 1764
Perez 31 - 4/5 - € 120

Portrait, d'après van Dyck - 1770
Perez 43 - € 75

D'après J.-J. de Boissieu
Etude de 19 figures - 1815
Eau-forte de Claussin
Perez 180 d - € 60
 


 
BOISSIEU (Jean-Jacques de), peintre et graveur français, né à Lyon en 1736, mort dans la même ville en 1810. Ses parents le destinaient à la magistrature, mais, ne pouvant lutter contre la vocation qu'il manifestait pour l'art, ils se décidèrent à le placer sous la direction du peintre Frontier. Boissieu fit des progrès rapides et acquit une grande habileté à imiter le style des paysagistes hollandais, Ruysdaël, Wynants, van de Velde, Karel Dujardin. Il se rendit à Paris et s'y lia avec les meilleurs artistes de l'époque, Greuze, Joseph Vernet, Soufflet, etc. Ayant été obligé de renoncer à la peinture, parce que l'usage des huiles et des couleurs altérait sa santé, il revint dans sa ville natale et s'y adonna avec ardeur à l'art de la gravure et à la composition de dessins qui obtinrent le plus grand succès. Il perfectionna encore son talent en Italie, où il accompagna le duc de La Rochefoucauld, et il fit plusieurs eaux-fortes d'après les sites et les monuments de cette contrée. L'œuvre gravé de cet artiste se compose d'environ cent quarante pièces, parmi lesquelles on remarque : les Charlatans, d'après Karel Dujardin; divers paysages, d'après Ruysdaël, Wynants, van de Velde, Berghem, Swanevelt, Poussin, Claude Lorrain ; des vues prises à Paris, à Lyon, à Rome, à Tivoli; des paysages d'après nature, des intérieurs de ferme, des scènes familières, des portraits, etc.

Sources : Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle. 1875

Cet article de Pierre Larousse (1817-1875) date du début de la IIIe République, il reflète les connaissances d'une époque et la sensibilité artistique d'un auteur.