Théodore Géricault
Rouen 1791 - Paris 1824




 

Agrandir l'image



 D'après Théodore Géricault

Le radeau de la Méduse
Gravure à la manière noire de Samuel William Reynolds le vieux (1773 - 1835) d'après le tableau de Géricault.
Belle épreuve sur vélin du tirage Goupil [vers 1850]*
Dimensions : 54 x 78 cm (avec les marges : 84 x 107 cm)

* La planche est d'abord publiée à Paris par Schroth, et à Londres par Rittner & Surrey [1829].
Elle passe ensuite chez Goupil avec qui Rittner s'associa en 1834.

€ 800
 
 
Agrandir l'image | Autres estampes de Géricault
Retour au sommaire des nouveautés de Noël


Eléments critiques et biographiques
 

 zoom
 
 


Haut de page | Retour au sommaire des nouveautés de Noël
 


 
13 - Trompette de hussards. 1823
Lithographie. 105 x 128 [240 x 297 mm]. Bonne épreuve sur vélin
du 2ème état sur 3, avec les noms de Géricault et Villain.
Delteil 63.
€ 225





14 - Officier d'artillerie commandant la charge. 1823

Lithographie. 120 x 179 [270 x 360 mm]. Bonne épreuve sur vélin du
2ème état sur 3, avant le n° 21. Delteil 64. Quelques piqûres claires et léger
empoussièrement.
€ 225
 




Cheval d'Hanovre. 1822
Lithographie. 190 x 250 (282 x 370 mm)
Delteil 53 - 4/4
Vendue

Chevaux d'Auvergne. 1822
Lithographie. 225 x 188 (390 x 285 mm, avec les marges).
Rare épreuve sur vélin, du 1er état sur 4, avant la cassure
de la pierre. Delteil 48-i/iv.
Nombreuses piqûres
€ 400
Photo, cliquez sur la caméra

Chevaux ardennés (sic). 1822
Lithographie. 170 x 200 ( 270 x 357).
Delteil 51-2/4
€ 300
Photo, cliquez sur la caméra

Un postillon ou/ les deux chevaux harnachés. 1823
Lithographie. 235 x 175 (325 x 255 mm)
Delteil 61 - 3/3
Vendue

Cheval franchissant une barriere
Lithographie de Courtin. 140 x 200 mm (285 x 400, hors tout).
Copie de la lithographie de Gericault que Villain dut faire exécuter par Courtin après que la pierre originale a été brisée. On ne connaît que 2 épreuves de l'originale de Gericault!
Delteil 69
€ 150
Photo, cliquez sur la caméra


Chevaux d'Auvergne. 1822
   
   
 Eléments biographiques et critiques

GÉRlCAULT (Jean-Louis-André-Théodore)
, célèbre peintre français, né à Rouen le septembre 1791; mort à Paris en 1824. Son père était " homme de loi, " "comme on disait en ce temps-là ; c'était un homme aimable, mais singulier, et qui, ne comprenant rien aux goûts de son fils, ne se souciait pas de le laisser suivre la carrière des arts. Etant venu demeurer à Paris, il avait fait entrer celui-ci au collège Louis-le-Grand, alors lycée impérial; mais le jeune Géricault fut un mauvais écolier dans le sens exact du terme ; toutes ses préoccupations étaient pour le dessin, et, bien qu'il ne reçût d'autres leçons que celles du collège, il passait ses récréations et la meilleure partie de ses heures d'étude à "faire des bonshommes. " Déjà, toutefois, sa passion dominante était le cheval. Sorti du lycée en 1808, il allait secrètement dessiner dans l'atelier de Carle Vernet, qu'il quitta bientôt pour entrer chez l'auteur de Phèdre et Hippolyte, d'Andromaque et Pyrrhus, de Clytemnestre, qui continuait les traditions de 1'école de David ; mais l'enseignement de Guérin ne pouvait longtemps convenir à la fougue de son génie naissant, entraîné surtout vers les scènes dramatiques et les effets saisissants. Le maître, au reste, jugeait assez défavorablement les ébauches singulièrement mouvementées du jeune artiste, peu fait lui-même pour se lancer dans la voie que suivaient les plus grandes renommées de son temps. Il comprenait, d'ailleurs, que l'inspiration doit être guidée par des connaissances positives. C'est pourquoi il se livra à des études persévérantes et obstinées, non seulement d'après nature , mais encore d'après les maîtres classiques, dont il répudiait l'imitation 'servile, mais .dont il imposait la sévérité de dessin dans le but de tempérer l'emportement de son pinceau. L'anatomie, les antiquités, les langues, la littérature, l'histoire ne l'occupaient pas moins; le jeune artiste sut nourrir son intelligence et son cœur des plus belles productions du genre humain. Lui, le mauvais écolier de Louis-le-Grand, acquit ainsi une instruction bien supérieure à celle du plus grand n'ombre de ses anciens condisciples. En 1812, il exposa son Chasseur de la garde, qui excita un étonnement universel. La fougue de, l'exécution, l'indépendance du style, la hardiesse des mouvements, la vigueur de l'expression, l'énergie du coloris, l'originalité" de la conception sortaient tellement de la convention académique, qui régnait alors en souveraine, que cette toile remarquable fit en quelque sorte scandale. Le Cuirassier blessé (1814), qui résumait pour ainsi dire dans un épisode navrant tous les désastres de la campagne de Moscou, ne fut pas beaucoup mieux accueilli par les connaisseurs. Aujourd'hui, que la gravure a rendu ces deux œuvres si populaires, il serait superflu dé relever l'inintelligence d'un semblable dédain. Lors de la rentrée des Bourbons, les sollicitations de quelques amis, le désir de vivre au milieu des chevaux et des scènes militaires, qu'il aimait tant à peindre, le décidèrent à s'engager dans les mousquetaires; mais, heureusement pour l'art, ce corps fut licencié pendant les Cent Jours. Géricault reprit donc ses études et ses travaux avec une nouvelle ardeur, partit en 1817 pour l'Italie, où il exécuta, soit d'après l'antique, soit d'après les maîtres de la Renaissance, avec une prédilection marquée pour Michel-Ange, une multitude d'ébauches et do dessins, que les collections particulières se sont disputés depuis. De retour à Paris (1819), il s'occupa activement de l'exécution d une grande page, qui devait le placer au premier rang parmi les artistes contemporains. Il n'était alors question que du naufrage de la Méduse, arrivé en 1816, et des souffrances inouïes endurées par les naufragés, dont quelques-uns seulement avaient échappé à la mort, après quatorze jours passés sur un radeau battu par la mer furieuse. Ce drame terrible ne pouvait manquer de saisir l'imagination de Géricault. Il se mit à l'œuvre avec la passion qu'il apportait dans tous les actes de sa vie, et surtout clans ses travaux d'art. On raconte même qu'il passait de longues heures clans les hôpitaux pour peindre des cadavres et des figures exténuées par la douleur et la maladie. Le résultat de ces labeurs fut la toile colossale du Radeau de la Méduse, exposée au Salon de 1819, œuvre d'un poète et d'un penseur tout à la fois, l'une des grandes pages de la peinture moderne, et dont les imperfections sont largement rachetées par des beautés de premier ordre. Jamais la peinture n'avait eu tant d'éloquence et d'énergie, jamais un drame aussi pathétique, d'une grandeur aussi simple, aussi vraie, n avait été représenté sur la toile. Cette conception émouvante, si différente des froides compositions académiques, s'en éloignait encore par le style et l'exécution. Le dessin large et hardi, la vigueur et la sûreté magistrales de la touche, l'audace et l'éclat du coloris, la vérité saisissante des expressions, le modelé puissant des nus, l'harmonie de l'ensemble, le profond sentiment de tristesse répandu sur tous les détails de cette scène reportaient bien loin de la convention grecque et romaine, qui s'imposait alors à tous les artistes. On sentait que de semblables qualités n'étaient pas le fruit de l'imitation ni de l'enseignement d'atelier. L'inspiration, l'étude de la nature, la verve du génie éclataient dans chaque trait et dans chaque coup de pinceau. Le succès, cependant, ne répondit pas au mérite supérieur de l'œuvre. Le public resta froid, la critique et les artistes montrèrent une malveillance unanime. Un grand peintre, .Gros lui-même, pour qui Géricault avait une admiration sans limites, désespérait le jeune artiste en disant de lui qu'il avait beaucoup d'avenir, mais qu'il faudrait " lui tirer quelques palettes de sang, " De plus, ou voulut voir un acte d'opposition politique dans l'a représentation de ce désastre. Nous trouvons ce détail peu connu dans une lettre du peintre à un ami, lettre dans laquelle il se plaint spirituellement d'être accusé par les journaux du gouvernement d'avoir calomnié par une tête d'expression tout le ministère de la marine. " On sait que cette toile immense ne trouva pas d'acquéreur à la mort de Géricault, et qu'un ami dévoué, pour la conserver à la France, se décida, en désespoir de cause, à l'acheter au prix de 6,000 francs, et qu'il eut ensuite toutes les peines du monde à la revendre pour la même somme au gouvernement. Elle est aujourd'hui au Louvre, et l'opinion, mieux éclairée, lui a marqué une des places les plus honorables parmi les œuvres des grands maîtres. Tous ces déboires ne découragèrent cependant point Géricault, qui continua avec la même ardeur ses travaux et ses études. Il produisit à cette époque un grand nombre de lithographies, d'aquarelles, de tableaux de chevalet, de dessins, etc., qui sont aujourd'hui recherchés avec avidité. Sur ces entrefaites, un ami lui donna le conseil d'aller exposer son grand tableau en Angleterre. Géricault partit pour Londres dans les premiers jours de 1820, en compagnie de Charlet et de l'économiste Brunet. L'exhibition de la Méduse réussit à souhait ; on la montrait moyennant 1 shilling d'entrée, et chaque visiteur recevait en entrant une lithographie au trait, reproduisant le tableau, et due à la collaboration de Géricault et de Charlet. Ce sujet maritime, traité dans ces données dramatiques, devait, en effet, plaire aux Anglais. Aussi l'artiste resta-t-il près de trois années parmi eux, négligeant son pinceau, mais dessinant beaucoup au crayon lithographique ; il publia douze planches, qui eurent un grand succès. Deux de ces estampes, le Joueur de cornemuse et la Femme paralytique, sont célèbres chez nos voisins. Toutefois, Géricault ne s'était pas occupé uniquement de lithographie en Angleterre : il y avait fait quelques tableaux et un grand nombre d'importantes aquarelles. La plupart de ces ouvrages sont restés de l'autre côté du détroit, et nous sont inconnus. Le Louvre possède cependant le grand Derby d'Epsom, le plus achevé peut-être de ses tableaux de chevalet, un peu sec d'exécution, mais du dessin le plus précis, le plus savant, le plus admirable, d'un mouvement, d'une furia indescriptible, d'un effet superbe, eu un mot. Il est probable que c'est peu de temps après son retour qu'il peignit la Forge au village et L'Enfant donnant à manger à un cheval, qui parurent après sa mort, ainsi que l'Ecurie et un Cheval bai brun sortant d'une écurie. Il avait aussi le projet de peindre deux grandes compositions, la Traite des nègres et la Reddition de Parga, pour lesquelles il avait déjà fait des croquis et des esquisses, mais que la mort l'empêcha d'exécuter. Enfin, comme tous les grands artistes de la Renaissance, il voulait être à la fois peintre et sculpteur. On connaît son cheval écorché, dont le moulage est dans tous les ateliers, chef-d'œuvre aussi bien par le choix des formes que par la science anatomique et la perfection du rendu. C'est, de l'avis de tous les connaisseurs, le plus beau cheval qui existe. On peut encore citer : un Cheval retenu par un homme, sculpté sur une pierre du mur de son atelier de la rue des Martyrs, d'un très faible relief, et qui a été moulé ; un Bœuf terrassé par un tigre, ébauche très largement exécutée ; un Satyre enlevant une femme, en ronde bosse ; un groupe en terre cuite, représentant un Nègre qui brutalise une femme. Enfin, il fit une maquette en cire d'une statue équestre de l'empereur de Russie, ouvrage laissé à Tétât d'ébauche. Nul doute que Géricault n'eût réussi dans un art où il- pouvait déployer et appliquer son savoir autant que dans la peinture. La puissance de cette nature indomptée ne se trahissait pas seulement dans les œuvres prodigieuses de son imagination d'artiste, elle se montrait encore dans la fougue de ses passions, dans son ardeur, hélas ! immodérée pour le plaisir, dans la promptitude des mouvements de son âme et dans l'indicible bonté qui suivait et corrigeait ses plus grands écarts. Un simple fait, devenu populaire, va nous le montrer tout entier. Géricault aimait les chevaux comme il les a peints, c'est-à-dire avec fureur. Un jour, dans une rue de Paris, il rencontra un lourd attelage de ces gros et solides chevaux normands, qu'il aimait particulièrement à dessiner. Ceux-ci, acharnés après un fardeau trop lourd, se consumaient en efforts inutiles, et le charretier, selon la détestable coutume de ses pareils, les excitait à grands coups de fouet. Le peintre, outré de cette barbarie, se jette tout à coup furieux sur le conducteur, le roue de coups de poing et le renverse dans la boue. " Dame, dit le rustre en se relevant, puisque vous êtes si fort, vous feriez mieux de pousser à la roue. " Géricault y était déjà ; et, tandis que le charretier, tirant sur les guides, excitait ses bêtes de la voix seulement, le peintre poussait de toutes ses forces, et l'équipage se remettait en marche. Géricault reprit alors son chemin, la tète basse et tout honteux de la leçon qu'il avait donnée, aussi bien que de celle qu'il avait reçue. Géricault était revenu mal portant d'Angleterre ; il était à peu près guéri quand il fit une chute de cheval, dont les suites ne devaient pas tarder à le conduire au tombeau . A ses funérailles, qui furent magnifiques, on remarqua beaucoup, dans le cortège, un homme en costume oriental qui suivait en sanglotant,- et qui, selon l'usage de son pays, portait dans un pan de sa robe de la cendre, dont il se jetait des poignées sur la tête en signe de deuil. C'était Moustapha, pauvre Turc que Géricault avait rencontré dans les rues de Paris, et qu'il avait pris à son service. Ce brave homme avait pour son maître l'attachement d'un chien. Il couchait sur une natte à la porte de sa chambre et le servait avec un dévouement et une fidélité extraordinaires. Cependant ses manières excentriques effrayaient le père de Géricault, qui finit par obtenir de son fils qu'il s'en séparât. Mustapha avait quelques épargnes, et il entreprit un petit commerce de pastilles du sérail, qui lui procura une jolie aisance ; mais il resta toujours profondément reconnaissant de l'intérêt que l'artiste lui avait témoigné. Ary Scheffer a peint la Mort de Géricault, qu'on peut voir encore au musée du Luxembourg. Parmi les portraits du peintre, nous citerons ceux de M. Léon Cogniet et d'Horace Vernet. Outre les ouvrages déjà cités, le musée du Louvre possède de Géricault : le Chasseur à cheval, le Cuirassier blessé quittant le feu, et le Four à plâtre. On a encore de lui : la Charge de cuirassiers; l'Exercice à feu dans la plaine de Grenelle; le Lancier rouge de la garde impériale; le Marché aux bœufs; le Maréchal- ferrant ; la Charrette de charbonnier; la Pauvre famille, etc. ; sans compter un grand nombre de chevaux, de lions, de tigres, de chiens, quelques sujets de nature morte, et enfin des portraits, quantité d'aquarelles, d'esquisses de toute sorte, d'ébauches militaires, environ deux cents dessins, une centaine de lithographies, une très belle gravure à l'eau-forte, etc. La mort prématurée de Géricault, dit M. Charles Clément, est un malheur immense, irréparable pour notre école. S'il eût atteint le terme ordinaire de la vie humaine, et confirmé par des succès réitérés les promesses de ses débuts, une ère nouvelle se serait peut-être ouverte pour l'art français. Son influence a sans doute été très grande, et elle dure encore. Il a puissamment agi sur nos peintres de genre, sur nos paysagistes, et d'une manière plus marquée, plus évidente sur Delacroix, sur Decamps et sur le sculpteur Barye. Mais les grands exemples qu'il aurait donnés à ces artistes si brillamment doués ont été perdus. Il fallait un pareil maître, si savant, si convaincu, disposé à tout comprendre et a tout aimer, pour élever et pour discipliner les peintres contemporains, pour les guider sur la route dangereuse du naturalisme, où plus d'un s'est égaré. Ils auraient subi sans répugnance et sans révolte l'ascendant de son génie, car il était l'un d'entre eux. […]
 
 Sources : Pierre Larousse (1817-1875) - Grand dictionnaire universel du XIXe siècle.